suite

Il est très difficile de communiquer facilement, efficacement avec une réelle communion. J’utilise des mots simples, qui ne sont pas techniques, car je ne pense pas qu’un quelconque type d’expression technique puisse nous aider à résoudre nos problèmes difficiles ; donc je ne vais pas utiliser de termes techniques, que ce soit de psychologie ou de science. Heureusement, je n’ai lu aucun livre sur la psychologie ni aucun livre religieux. Je voudrais transmettre, par les mots très simples que nous utilisons dans notre vie quotidienne, une signification plus profonde ; mais c’est très difficile si vous ne savez pas écouter.

Il y a un art d’écouter. Pour vraiment écouter, il faut abandonner ou mettre de côté tous les préjugés, préformulations et activités quotidiennes. Lorsque vous êtes dans un état d’esprit réceptif, les choses peuvent être facilement comprises ; vous écoutez lorsque votre véritable attention est accordée à quelque chose. Mais malheureusement, la plupart d’entre nous écoutent à travers un écran de résistance. Nous filtrons se que nous entendons avec des préjugés, qu’ils soient religieux ou spirituels, psychologiques ou scientifiques ; ou avec nos soucis, nos désirs et nos peurs quotidiennes. Et avec ceux-ci pour un écran, nous écoutons. Par conséquent, nous n’écoutons vraiment que notre propre bruit, notre propre son, pas ce qui est dit. Il est extrêmement difficile de mettre de côté notre conditionnement, nos préjugés, notre inclination, notre résistance et, au-delà de l’expression verbale, d’écouter pour que nous comprenions instantanément. Ceci sera l’une de nos difficultés.

Si pendant ce discours, quelque chose est dit qui s’oppose à votre façon de penser et de croire ; écoutez, ne résistez pas. Vous avez peut-être raison et je peux me tromper ; mais en écoutant et en réfléchissant ensemble, nous allons découvrir quelle est la vérité. La vérité ne peut pas vous être donnée par quelqu’un. Il faut la découvrir ; et pour la découvrir, il doit y avoir un état d’esprit dans lequel il y a une perception directe. Il n’y a pas de perception directe lorsqu’il y a une résistance, une sauvegarde, une protection. La compréhension vient de la conscience de ce qui est. Savoir exactement ce qui est, le réel, l’actuel, sans l’interpréter, sans le condamner ni le justifier, est certainement le début de la sagesse. Ce n’est que lorsque nous commençons à interpréter, à traduire selon notre conditionnement, selon nos préjugés, que nous évitons la vérité. Après tout, c’est comme la recherche. Pour savoir ce qu’est quelque chose, ce qu’elle est exactement, il faut chercher – vous ne pouvez pas la traduire selon vos humeurs. De même, si nous pouvons regarder, observer, écouter, être conscients de ce qui est exactement, alors le problème est résolu. Et c’est ce que nous allons faire dans tous ces discours. Je vais vous montrer ce qui est et ne pas le traduire selon ma fantaisie; vous ne devez pas non plus le traduire ou l’interpréter en fonction de vos antécédents ou de votre formation.

Copyright © KFA